Google Livres. Des solutions alternatives, même aux Etats-Unis !


Robert Darnton, une personnalité étonnante et fascinante ! A l’heure où la France lorgne du côté des partenaires privés, voilà qu’il préconise que l’Etat américain rachète les investissements réalisés par Google pour faire de sa base de livres une base publique de données ! Comme cela ne suffit évidemment pas, il ajoute qu’il faut que l’on décide une fois pour toute d’adapter le Copyright aux réalités et traiter la question des œuvres orphelines, ce qui évitera de s’enliser dans les négociations sans fin qui s’annoncent.

Mais comme nous sommes tout de même aux Etats-Unis, le plan B consiste à faire intervenir des fondations (de type Internet Archive). Celles-ci financeraient la numérisation, la mise à disposition (1) et la conservation des livres orphelins (2). Les bases de données comprendraient naturellement les livres tombés dans le domaine public mais aussi, avec l’accord des détenteurs de droits, de  livres épuisés encore sous Copyright.

Ici, pas de précipitation dans le rythme à adopter (3) mais un « travail bien fait », tant pour la numérisation que le catalogage ou la conservation, avec l’aide de bibliographes et de bibliothécaires travaillant de concert avec les informaticiens, soit un discours qui nous est très familier. On entend ceci depuis tellement d’années !

Et, cerise sur le gâteau, un processus de numérisation subventionné par le plan américain de soutien à l’économie. C’est précisément ce que l’IABD – elle n’est pas la seule, bien sûr – avait préconisé le 7 septembre 2009 dans sa déclaration, considérant que la mise à disposition des œuvres par les opérations de numérisation et la libération des droits sur les livres orphelins, constituait un levier pour l’économie.

Robert Darnton, spécialiste américain de l’époque des Lumières,  devrait intervenir  le 8 janvier 2010 à Paris,  lors du cycle des conférences organisées par la BnF sur la numérisation du patrimoine numérique et les moteurs de recherche

(1) un accès non exclusif offertes aussi aux exploitants commerciaux
(2) Si plusieurs bibliothèques ont déjà signé des contrats, ce n’est pas le cas de toutes les bibliothèques de recherche ni de la Bibliothèque du Congrès. Des portes restent encore ouvertes
(3) 1 million de livres par an, tout de même !

Sources

[1] Deux issues pour Google Book Search, Robert Darnton, Livres Hebdo, 4 décembre 2009

[2] Non au Règlement Google Non au Règlement Google Livres en France. Oui à une solution publique alternative grâce à l’emprunt national, IABD, 7 septembre 2009 [déclaration adoptée par 12 des 17 associations représentées par l’IABD]

Voir aussi
La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google
, Robert Darnton, Le Monde diplomatique, mars 2009

2 comments

  1. […] Google Livres. Des solutions alternatives, même aux Etats-Unis. Michèle Battisti. Paral… […]

  2. […] Google Livres. Des solutions alternatives, même aux Etats-Unis. Michèle Battisti. Paralipomènes. … […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *